Les simples

Publié le 8 avril, par Sylvie Hendrickx


Intrigues et jeux de pouvoirs autour des plantes médicinales au cœur d’une abbaye médiévale.

GRANNEC Yannick, Les simples, Éditions Anne Carrière, 2019

Les romans historiques qui explorent la période du Moyen Âge sont légion et cependant, l’auteure française Yannick Grannec relève brillamment le défi d’en aborder une thématique originale à travers ce roman paru en 2019, hautement documenté et complètement addictif ! Nous voici en effet immergés au cœur de la vie d’une abbaye bénédictine de la fin du 16e siècle qui doit sa renommée et son indépendance au talent d’herboriste de la doyenne de la communauté, Sœur Clémence. Si ses remèdes, confectionnés au moyen de plantes médicinales, dénommées les simples, sont utilisés pour soigner les maux des sœurs et de la population locale, elles font également l’objet d’un commerce très florissant… Celui-ci, bien entendu, ne tarde pas à attiser la convoitise de l’évêque du lieu qui tente de mettre les sœurs sous tutelle au prix de machinations, de complots et de luttes intestines sournoisement orchestrés.

Si la tension continue qui nous tient en haleine jusqu’au dénouement de cette intrigue riche et fouillée constitue une des principales qualités de ce roman, là ne réside pas son unique atout ! En effet, avec un réjouissant talent de conteuse servi par une grande érudition et un souffle romanesque puissant, Yannick Grannec nous dresse un tableau pointu et extrêmement précis de l’organisation sociale de cette abbaye avec ses règles et sa stricte hiérarchie. Sans oublier de nourrir notre curiosité par de formidables descriptions de ces précieux secrets de la nature dont sœur Clémence est l’heureuse détentrice ! Le tout couronné par de réjouissants portraits de femmes, gardiennes d’un fascinant savoir empirique, phytothérapeutes avant la lettre mais confrontées à la quête de toute-puissance de la science médicale naissante essentiellement aux mains des hommes. Et à la menace de l’inquisition…