Charbons ardents

Publié le 6 octobre, par Sylvie Hendrickx


DESBIOLLES Maryline, Charbons ardents, Seuil, 2022

Marches pour le climat, marches contre les violences faites aux femmes ou marches pour plus de justice sociale… Pas un jour ne se passe sans que l’actualité nous relaie ces manifestations organisées en guise de contestations et de revendications. A leurs initiatives, des hommes et des femmes habités par un refus de l’immobilité, sur des charbons ardents, dont nous gardons en mémoire des figures emblématiques telles que Ghandi ou Martin Luther King. Et aux côtés de ces meneurs bien connus, combien d’autres anonymes, à l’instar de cette poignée de jeunes immigrés algériens dont il est question dans cet ouvrage ! En 1983, à la suite d’incidents tragiques à caractère xénophobe, ils initient « La marche pour l’égalité et contre le racisme », déclenchant en France un mouvement national d’une ampleur imprévue ! Rassemblés autour de la figure humaniste de leur curé de quartier, ces jeunes peu politisés se mettent en marche pour parcourir, en 3 mois, de Marseille à Paris, près de 1500 km ! Sur leur passage, ils fédèrent une mobilisation telle qu’ils sont reçus à l’Elysée et obtiennent le vote de la loi contre les crimes racistes. C’est au parcours inédit de ces jeunes que s’intéresse l’auteure française, Maryline Desbiolles. Habitée, elle aussi, par un irrépressible besoin de mise en mouvement, elle se met en quête, en plein confinement, de retrouver leurs traces afin de mieux comprendre leurs motivations et l’impact que cette expérience de marche collective a eu sur leur vie. En partant à leur rencontre, elle approche cet événement par le prisme de différentes sensibilités et d’une mosaïque de souvenirs confiés. Tissant du lien et du sens entre ces trajectoires individuelles, elle dessine les espoirs, révoltes et découragements d’une jeunesse en marche et soulève parallèlement le silence toujours pesant autour des « événements d’Algérie ». Enfin, par une construction narrative subtile de va-et-vient entre le passé et le présent, l’auteure crée des ponts entre la situation de 1983 et celle du confinement et des combats d’aujourd’hui. Un récit résolument engagé qui se révèle avant tout profondément humain, fraternel, vivifiant et d’une brûlante actualité.