En savoir plus sur l'auteur

Les mots-clés de l'article

Il n y a pas de mot-clé

  • Regards d’éducateurs

  • 8 mars 2005, par Gérard Durieux

    Il y a 0 commentaires.

  • L’éducation des jeunes est toujours un sujet d’actualité, parfois aussi un problème de société.
    Qu’il s’agisse des jeunes de banlieues en quête d’identité, des enfants en manque de liens familiaux ou tout simplement des adolescents que nous côtoyons au jour le jour...tous, dans ce monde de l’immédiat, ont besoin de repères, de racines et d’écoute.
    Gérard Durieux, responsable de la "Section religions" au Centre Multimédia Don Bosco de Liège nous propose ici quelques regards d’éducateurs contemporains qui, manifestement, ont croisé le sien...



PETITCLERC Jean-Marie, Mon combat contre la violence, Bayard, 2005

Ce prêtre, salésien de Don Bosco, est polytechnicien et éducateur spécialisé. Depuis près de 25 ans, il vit auprès des jeunes des banlieues. Ses nombreux écrits ne proposent donc pas une théorie fumeuse de rêveur.
Interrogé ici par Yves de Gentil-Baichis qui fut journaliste au quotidien "La Croix", il a accepté de s’expliquer sur son choix de vie, sur la non-violence, sur la pédagogie de la réussite à la suite de Jean Bosco. Il dit son attention réaliste, évangélique et professionnelle à chaque jeune. Il évoque ses combats contre l’exclusion de tous ceux-là qui sont aujourd’hui coincés entre les codes contradictoires de la famille, de l’école et de la rue.

Ainsi, à travers les engagements d’une vie singulière, ce sont les grands enjeux de notre société qui sont réfléchis. Et dans les mots intelligents de cette parole ferme et accueillante se donne à vivre « la seule manière de désarmer les forts ». Tant qu’il y aura des jeunes !



MEIRIEU Philippe, Repères pour un monde sans repères, Desclée de Brouwer, 2002

MEIRIEU Philippe, Le monde n’est pas un jouet, Desclée de Brouwer, 2004

L’auteur est marié, père de quatre enfants et spécialiste des questions éducatives. Après avoir lui-même enseigné de longues années, il travaille aujourd’hui à la formation des enseignants en France. Son souci a toujours été d’articuler les questions d’éducation avec les problèmes de société.

Les deux ouvrages mentionnés reprennent les chroniques hebdomadaires publiées dans "La vie". Ces pages toniques, que l’on ne saurait trop recommander aux parents et aux éducateurs pour leur lucidité et leur humour, pour la pertinence du diagnostic et la clarté des repères pédagogiques proposés, peuvent avec bonheur, nous prévient l’auteur, être consultées au gré des circonstances, être utilisées comme un almanach ou un livre d’heures... Chaque page évoque un fait quotidien, problématique, déroutant ou cocasse... Les remarques de sagesse dessinent pas à pas les perspectives d’une authentique politique éducative. C’est du grand art.

Deux livres précieux pour la réflexion et pour l’action.



BONNET Yannik, Les neuf fondamentaux de l’éducation, Presses de la Renaissance, 2002.

Polytechnicien et docteur en chimie, ce père de cinq enfants a exercé pendant plus de 20 ans d’importantes responsabilités dans diverses grosses entreprises. Devenu veuf et ordonné prêtre en 1999, il propose ici un guide pratique à l’usage des parents et des éducateurs. Les fondamentaux de l’éducation, dont il propose de tenir compte dès le plus jeune âge et jusqu’à la fin de l’adolescence, s’articulent autour de trois axes principaux : favoriser le développement de la personnalité (confiance en soi, maîtrise de l’angoisse et usage de l’autonomie), souci de la socialisation de la personne (acceptation des règles et principes, reconnaissance de l’autre, participation au bien commun), aider l’éduqué à trouver un sens à la vie (travail, amitié, amour vrai...).

Cet exposé construit et clair des principes de base pour une « éducation réussie » offrira quelques repères utiles à la réflexion des adultes confrontés aux situations complexes évoquées dans les livres précités de Meirieu. Ajoutons encore que quelques pages finales trop succinctes mettent l’ouvrage dans une perspective spirituelle : « Et Dieu, dans tout cela, a-t-il sa place ? ». On saura donc gré à l’auteur de nous avoir partagé son « credo d’éducateur » à l’aube de ses 70 ans.



CARTRY Jean, Cahier du soir d’un éducateur, Dunod, Paris, 2004.

Qu’est-ce que le quotidien d’un éducateur ? A quoi pense-t-il quand, le soir venu, il couche sur le papier les « moments éducatifs » de la journée ... ? Voilà presque trente ans que Jean Cartry et sa femme, éducateurs spécialisés, animent une famille d’accueil pour enfants en manque de soins maternels adéquats. Arrêts sur images, bribes de lectures, réflexion clinique... et confidences à propos de l’enfant qu’il fut.

Il a connu sa part d’injustices et d’humiliations, ce qui l’aide à comprendre les carences affectives et les traumatismes psychiques des enfants qu’il accueille. On le devine amer sur l’état de sa profession,menacée par l’idéologie du management libéral et pessimiste sur son avenir... Mais à travers tout cela, en filigrane, le sentiment d’une urgence, celle « d’un amour qui ne s’absente pas... » (M. Bellet).

Gérard Durieux

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.