• Ecole de devoirs "Les Crayons" de Banneux

  • 3 octobre, par Françoise Vanesse

    Il y a 0 commentaires.

Cocon et co-construction !

Pas de doute, le secteur des écoles de devoirs est empreint d’une belle diversité ! Et notre visite de l’association « Les Crayons » à Banneux nous conforte dans cette impression. En effet, après avoir consacré nos précédents articles de portraits à deux structures intégrées au cœur d’un tissu social multiculturel et précarisé(1) ; nous voici côté champs avec la découverte d’une école de devoirs installée totalement au vert et dans de spacieux locaux. De prime abord, l’implantation des "Crayons" dans un quartier résidentiel de la commune, en dehors du centre du village, nous déconcerte ! Voici en effet une maison quatre façades, un vaste et charmant jardin et Julie Carpentier, animatrice depuis 2012, qui nous accueille, délaissant ainsi pour un moment les nécessaires aménagements de ce début de vacances scolaires. « Notre implantation au sein de ce quartier excentré peut paraître un peu étonnante, déclare-t-elle, mais cette situation n’est nullement préjudiciable ! » Et en effet, en dialoguant avec l’animatrice, on comprend que l’association a développé un judicieux plan permettant de rompre cet isolement : non seulement, par l’organisation d’un transport efficace des jeunes vers la maison mais également par le tissage de riches synergies dont celles avec la bibliothèque "Aux Mille Feuilles" de Sprimont. Sans oublier, évidemment, le lien tissé avec la nature, prépondérante ici et qui, généreusement, offre son cadre propice à l’édification d’un bien-être et d’un bon apprentissage.

Un accueil maison

Et c’est vrai que lorsque l’on pénètre dans cette structure, on ressent d’emblée une impression similaire à celle d’une véritable maison ! Si les alentours de la construction avec son jardin arboré très bien entretenu et ses cabanes érigées par les jeunes y contribuent ; c’est surtout l’aménagement et l’ambiance chaleureuse à l’intérieur qui instaurent cette atmosphère très cocooning. Après avoir passé le hall, voici une cuisine ouverte entièrement équipée et une accueillante salle à manger pour se poser le temps d’un petit goûter avant les devoirs. Une belle place est en outre réservée à la détente avec ces étagères garnies de nombreux livres récents, de jeux et nous remarquons également cette charmante table de kikker ! Mais cette importante impression de vie, de respiration dans cet espace très familial et lumineux ne doit pas occulter l’importante rigueur qui régit l’organisation des autres pièces. Celles-ci sont bien distinctes les unes des autres, décorées avec d’originales peintures murales expressives et réservées tantôt à la lecture, aux devoirs en grand groupe ou en plus petit nombre afin de bien correspondre aux attentes spécifiques de chaque jeune.

De la mixité

Ceux-ci sont de plus en plus nombreux à fréquenter la structure qui est, en quelque sorte, une extension de la Maison des Jeunes de Banneux. "L’idée de créer une école de devoirs est née en effet au sein de la Maison des Jeunes où je travaillais à l’époque en tant qu’animatrice, poursuit Julie. Nous nous sommes rendu compte que certains de nos usagers y faisaient leurs devoirs dans un cadre parfois peu propice." Suite à ce constat, cette école de devoirs a vu le jour en janvier 2011 et a été directement reconnue par l’ONE. Si Julie Carpentier accueillait au départ quatre à cinq enfants, les inscriptions ont rapidement augmenté et les locaux aménagés au sein même de la Maison des Jeunes se sont avérés trop exigus. En effet, même si la population de Banneux reste relativement privilégiée dans son ensemble, la demande est bien réelle, d’autant plus que l’école de devoirs n’oriente pas uniquement son projet sur l’aide aux devoirs. "Nous accueillons des enfants qui sont en réelle difficulté scolaire et d’autres qui ont simplement besoin d’un cadre de sociabilité". Cette mixité du public est d’ailleurs une des priorités de l’équipe qui collabore avec des institutions présentes sur le territoire comme la « Maison Heureuse » ou « Les faons » et ce, dans une perspective de mutualisation des vécus de chaque jeune.

De l’aisance

En 2012, la petite structure connait un tournant dans son parcours avec l’engagement d’une animatrice supplémentaire, Laurence Gavray. Enfin, la structure quitte les locaux intégrés à la MDJ pour emménager au sein de cette maison très bien équipée et spacieuse. Ce contexte d’aisance étonne dans un secteur qui a la vie dure, souvent mal subventionné, et l’on cherche la baguette magique qui a permis de telles opportunités d’exception ! « Ces locaux sont mis à disposition gratuitement par un particulier, explique notre interlocutrice, et la Maison des Jeunes nous prête deux véhicules : un mini-bus et un break sept places, nous permettant de prendre en charge les enfants à la sortie des écoles des villages voisins. Un arrêt de bus permet également aux jeunes du secondaire de venir aisément. Finalement, nous sommes éloignés sans être isolés grâce aux différentes synergies dont nous avons la chance de bénéficier. »

Une assise de synergies

Il est vrai que dans un tel contexte les synergies sont primordiales dont celles avec la coordination AEDL (Association des Ecoles de Devoirs en Province de Liège), l’accueil extra-scolaire de la commune ainsi que l’équipe de six volontaires qui s’investissent dans l’accompagnement aux devoirs. Quant à la collaboration avec la Maison des Jeunes elle coule, elle aussi, de source et des projets sont très souvent menés en collaboration avec une animatrice, Florence Dubois, mise à disposition de l’EDD pour un quart temps. Enfin, l’entretien du jardin est assuré par Marc Delcour, ouvrier à la MDJ.

La construction du plaisir de lecture

Parmi ces synergies très porteuses, on pointe également celles que l’association entretient, depuis janvier 2011, avec la bibliothèque "Aux Mille Feuilles" de Sprimont et qui confèrent au travail poursuivi par cette école de devoirs des fondations propices au développement du goût de la lecture chez les jeunes. Une démarche réalisable grâce, entre autres, aux priorités que l’équipe de la bibliothèque se fixe dans le cadre de son projet de développement de la lecture « Hors les murs ». Celui-ci se concrétise dans une dynamique de médiation avec des associations aux profils très divers tels que les maisons de repos ou les maisons de jeunes ! « Il nous semblait essentiel de participer, dès le départ, à la vie de l’EDD et de permettre aux enfants d’accéder facilement aux ressources de la bibliothèque », explique Françoise Czaplicki, responsable. « La bibliothèque est bien entendu un lieu de ressources documentaires mais il est aussi, et c’est ce qui nous importe, un espace permettant aux enfants de se réapproprier les livres et la lecture dans une notion de plaisir. Les sélections mensuelles proposées par notre animatrice, Emilie Léonet, regorgent de livres inattendus, originaux qui permettent aux enfants de retrouver un rapport ludique au livre et de modifier l’image qu’ils ont de notre institution. Les dépôts et animations sont autant de moments de partage avec les enfants autour de ce qu’ils aiment, de ce qu’ils attendent et de ce que les livres leur apportent."
Outre cet accompagnement personnalisé et privilégié, l’animatrice participe également à la phase d’introduction du grand projet annuel de l’EDD par une sélection d’ouvrages sur le thème choisi : musique, recettes culinaires… et ce, afin de nourrir l’inspiration des enfants. Enfin, en 2012, Emilie a participé, en collaboration avec les jeunes, les animateurs et un menuisier, à la conception et à la construction d’un meuble bibliothèque très original, à l’architecture totalement innovante, consacré au rangement des livres et à l’instauration d’un espace très cocon pour la lecture. « Nos projets se construisent toujours de cette manière, avec des intervenants différents », conclut Julie. Et c’est par cette impression si positive d’un projet aux assises multiples, guidé par la soif de synergies, de fructueuses collaborations et d’un soutien tant du secteur public que privé que nous quittons ce petit cocon manifestement en perpétuelle dynamique de co-construction !

_______________

(1) « L’asbl "Le Courant d’air" à Bressoux (Liège) », in Biblirama, n°119.

« Ecoles de devoirs de Sclessin & Fragnée de l’asbl "Maison de Fragnée" », in Biblirama, n°127.

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.