• Centre Multimédia Don Bosco de Liège : un accompagnement Alpha et FLE en bibliothèque

  • 19 octobre 2016, par Sylvie Hendrickx

    Il y a 0 commentaires.

Le 8 septembre dernier, la journée internationale de l’alphabétisation ravivait une problématique névralgique qui gangrène l’ensemble des pays sous-développés mais également nos sociétés occidentales. En effet, notre pays, comme ses voisins, compte aujourd’hui encore un grand nombre de personnes en difficulté par rapport à l’écrit : 10 % de personnes illettrées qui rencontrent des problèmes face à des situations courantes en matière de lecture ou d’écriture et 3 % en situation d’analphabétisme total. En Fédération Wallonie-Bruxelles, en plus des cours proposés par les pouvoirs publics ou les écoles de promotion sociale, ce sont près de 210 associations qui, pour pallier cette situation interpellante, consacrent une part de leurs activités à l’alphabétisation : centres culturels, maisons de jeunes, organismes d’insertion socioprofessionnelle, associations d’éducation permanente … Le panorama des offres et des acteurs de terrain présente de fait une belle diversité ! Peu de bibliothèques publiques cependant s’inscrivent dans cette voie. Ce qui n’empêche pas d’heureuses et audacieuses initiatives, tels que les cours d’alphabétisation proposés par le Centre Multimédia Don Bosco, à Liège, en une formule tout à fait originale et spécifique. Petit focus sur le travail de cette bibliothèque, active dans le réseau liégeois d’alphabétisation depuis 25 ans et pionnière en la matière !

Une bibliothèque publique partenaire

Ce projet de cours d’alphabétisation dans le cadre de la bibliothèque naît en 1991, année internationale de l’alphabétisation promue par l’UNESCO. Conscients de la nécessité de combattre plus efficacement l’exclusion par l’écrit et de redéfinir la vocation sociale de la lecture, les responsables du Centre Multimédia Don Bosco répondent à l’appel de l’association Lire & Écrire, alors en recherche de partenaires. « Nous jugions interpellant que nous ne puissions pas rendre de service à tous. L’alphabétisation est pour cela une piste privilégiée dans laquelle nous avons décidé de nous investir sérieusement, parmi d’autres bien sûr, tels que les animations de quartier, l’Espace public numérique, la ludothèque … », explique Guy Marchal, bibliothécaire-responsable au CMM qui inscrit sa bibliothèque dans le réseau liégeois d’alphabétisation alors en pleine création et dispense les premières séquences de formation.

De l’Alpha au FLE

Depuis une dizaine d’années, soucieux de répondre le plus adéquatement possible aux réalités du terrain, les responsables du Centre Multimédia Don Bosco ont fait évoluer leur offre en matière d’apprentissage du français vers davantage de cours de français langue étrangère (FLE). « Les personnes qui s’adressent à nous sont majoritairement en demande de FLE, explique Guy Marchal. D’une part parce que la population qui a besoin de ce type d’apprentissage est plus nombreuse mais aussi parce que les Belges de souche, en raison de différents blocages et notamment d’un sentiment de honte, se tournent moins facilement vers les organismes d’alphabétisation. » Sans cesser pour autant de s’investir dans le Réseau Alpha, la bibliothèque rejoint alors la Plateforme Français Langue Étrangère qui compte à ce jour, rien que pour la région liégeoise, une cinquantaine d’opérateurs.

Spécificité et originalité

Au Centre Multimédia, les cours se pratiquent six heures par semaine, en groupes de taille moyenne, permettant des interactions bénéfiques à l’apprentissage de la langue. « Ce choix se veut en adéquation avec notre public, des personnes désireuses d’apprendre la langue pour l’utiliser dans la vie quotidienne, sans s’inscrire nécessairement dans une recherche d’emploi. Il peut s’agir de mamans qui veulent suivre la scolarité de leurs enfants ou de personnes plus âgées qui souhaitent tisser du lien … » Par ailleurs, les apprenants en FLE sont orientés vers le niveau de cours le plus adéquat en fonction de tests précis basés sur l’examen de l’ensemble de leurs aptitudes - compréhension et expression orale et écrite - et établis suivant un cadre européen commun de référence (CECR). Le CMM présente la spécificité de proposer, en plus des modules de base, des cours pour les personnes qui s’expriment déjà assez facilement en français mais souhaitent encore progresser et enrichir leur vocabulaire. « Ces personnes, explique Guy Marchal, ne sont pas une priorité du monde associatif qui préfère se concentrer sur les personnes en vraies difficultés. Nous avons pourtant constaté que ce type d’attente est une réalité et avons voulu lui apporter une réponse. »

Alphabétisation et vie de la bibliothèque

Au CMM, l’alphabétisation s’inscrit en cohérence avec d’autres activités dédiées aux français et à l’amélioration des pratiques de lecture : rencontres littéraires, animations scolaires autour du livre … Il est cependant difficile aux bibliothécaires de s’investir eux-mêmes dans ce projet en tant que formateurs en raison de la dimension pédagogique spécifique requise. L’équipe s’est donc enrichie de deux formatrices, Jessica Montré, formatrice FLE, et Stéphanie Pantot, formatrice Alpha et Alpha-FLE, tandis que le responsable de la bibliothèque consacre pas moins d’un mi-temps à la coordination du projet, l’accueil et l’orientation des apprenants, à quelques séances de cours individualisées et à la présence du Centre Multimédia dans les organes des réseaux liégeois d’alphabétisation et de français langue étrangère. Il n’empêche que les interactions entre les formateurs et l’équipe de la bibliothèque sont nombreuses et que la tenue de cours d’alphabétisation dans l’environnement de la bibliothèque garde tout son sens ! « Dans un premier temps, ce sont plutôt les livres et les dictionnaires qui migrent vers les locaux d’alphabétisation pour ne pas que les gens se sentent mal à l’aise ou regardés par les autres usagers. On incite cependant nos apprenants petit à petit à s’inscrire à la bibliothèque, à se familiariser et profiter de ses ressources tout en leur laissant une grande liberté de le faire à leur rythme, insiste Guy Marchal » La présence des locaux EPN et de la ludothèque au sein du CMM sont autant de ressources et d’occasions d’interactions supplémentaires. « Nous sommes attentifs à diversifier le plus possible nos outils et supports de formation, notamment pour nous distancier du cadre scolaire. Nous recourrons pour cela au multimédia et à différents logiciels d’apprentissage de la langue mais aussi aux jeux de société et au travail coopératif. »

Bilan d’une action pérenne

Parti d’une action au départ tout à fait modeste, le Centre Multimédia compte actuellement une soixantaine d’apprenants répartis en plusieurs cours. « Qu’elles émanent de l’antenne du CPAS de la ville, du service social du quartier ou de partenaires du réseau, les demandes sont presque quotidiennes, souligne Guy Marchal. » L’aménagement de locaux suffisants et entièrement dévolus à ce projet que ce soit pour le déroulement des cours mais aussi la gestion administrative du projet a été nécessaire pour répondre à la demande grandissante. « Nous parvenons à couvrir une bonne part des demandes qui nous sont adressées. Avec un bémol particulier toutefois, en lien avec l’actualité, en ce qui concerne les réfugiés et primo-arrivants. Cette demande spécifique est forte de manière permanente et il nous est impossible de recommencer les bases de l’apprentissage à tout moment de l’année. » La population adulte qui suit les cours au CMM est par ailleurs très diversifiée de par ses origines géographiques, âge et niveau social. Un public globalement dynamique et volontaire présentant cependant un taux d’absentéisme non négligeable. « Près de 25 % des personnes ne sont pas régulières, souligne Guy Marchal, souvent parce que ces personnes ont d’autres problèmes que l’apprentissage du français. »

Des perspectives et une reconnaissance

Et le Centre Multimédia entend poursuivre dans cette voie, avec pour 2017, les démarches d’obtention d’un « agrément », reconnaissance officielle d’initiative locale d’insertion (ILI) donnant droit à un subside récurrent. « Beaucoup d’obligations sont liées à cette reconnaissance en terme d’évaluation, de nombre d’heures de cours ou de taux d’absentéisme à ne pas dépasser … Cela donne un cadre plus solide encore à nos activités dans un secteur qui tend à se structurer et se professionnaliser » Le second objectif pour l’année à venir est d’élargir l’offre à des formations à l’interculturalité. « Ces ateliers visent à faire en sorte que les apprenants comprennent mieux et plus globalement la société dans laquelle ils vivent. » Un complément de formation et un enrichissement en parfaite cohérence avec les missions du CMM dans une perspective d’échanges culturels et citoyens.

_____________

Centre multimédia Don Bosco
Rue des Wallons, 59
4000 Liège

guy.marchal@centremultimedia.be
04/252 66 88

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.