• Bilan"Récolte d’informations 2018 relative aux projets de valorisation de la nature en bibliothèques publiques"

  • 27 juin, par Françoise Vanesse, Sylvie Hendrickx

    Il y a 0 commentaires.

  • Bilan de la deuxième récolte d’informations réalisée par la FIBBC en mars 2018 et relative aux initiatives de valorisation de la nature et à l’organisation de grainothèques en bibliothèque publique

1. CONTEXTE

Cette seconde collecte de données fait suite à celle initiée en janvier 2017 par la FIBBC et relative aux initiatives de valorisation de la nature. A travers cette première collecte d’informations, la FIBBC souhaitait récolter et valoriser les initiatives en lien avec la sauvegarde ou la promotion de la nature que l’on voit éclore dans de nombreuses bibliothèques ces dernières années : naissance de grainothèques, d’espaces de cultures à disposition des usagers, de mini-jardins…
Un bilan de cette récolte de données a été remis aux participants lors d’une journée d’informations et de partages professionnels le 12 juin 2017 au Comptoir Forestier de Marche-en-Famenne. Pour consulter ce premier bilan, cliquez ici

En vue d’établir un prolongement à ce premier bilan avec le recul nécessaire aux bibliothécaires pour évaluer les différents projets mis en place, la FIBBC a repris contact en mars 2018 avec les participants de la précédente collecte de données afin de leur proposer de s’exprimer à travers un nouveau questionnaire. Dans les lignes qui suivent, vous pourrez prendre connaissance du bilan de cette seconde collecte de données.

2. ECHANTILLON DES BIBLIOTHEQUES PARTICIPANTES

Au mois de mars 2018, notre association a repris contact par courrier et par voie électronique avec les 18 bibliothèques qui ont participé à la première récolte de données initiée en janvier 2017.
Parmi celles-ci, 15 bibliothèques se sont exprimées, via le nouveau questionnaire mis en ligne sur notre site internet, sur les suites données à leurs projets de grainothèque et de valorisation de la nature.
Nous avons également contacté 10 autres bibliothèques, essentiellement renseignées par la Bibliothèque centrale de la Province du Luxembourg comme étant concernées par cette thématique. Parmi celles-ci, 3 bibliothèques ont également répondu à notre questionnaire.
Ce qui porte notre échantillon à 18 bibliothèques.

Liste des bibliothèques qui ont participé aux collectes de 2017 et 2018

Région Bruxelles-Capitale

Bibliothèque communale francophone d’Ixelles
Rue Mercelis, 19
1050 IXELLES

Province de Liège

Bibliothèque de Beaufays
Voie de l’Air Pur, 227
4052 CHAUDFONTAINE

Bibliothèque communale de Grâce-Hollogne
Rue des Alliés, 33
4460 GRACE-HOLLOGNE

Bibliothèque de Malmedy
Place du Châtelet, 7A
4960 MALMEDY

Bibliothèque communale d’Oupeye
Rue Roi Albert, 194
4680 OUPEYE

Bibliothèque communale « Aux mille feuilles » de Sprimont
Rue du Centre, 31
4140 SPRIMONT

Bibliothèque de Trois-Ponts
Rue traverse, 9
4980 TROIS-PONTS

Province de Luxembourg

Bibliothèque publique de Bertrix
Place de Trois Fers, 9
6880 BERTRIX

Bibliothèque communale de Daverdisse
Grand Place, 1
6929 HAUT-FAYS

Bibliothèque publique de Florenville
Rue de l’Église, 13
6820 FLORENVILLE

Bibliothèque de Hotton
Rue des Ecoles, 55
6990 HOTTON

Bibliothèque communale de Léglise
Rue du Chaudfour, 2
6860 LEGLISE

Bibliothèque publique de Vielsalm
Rue de l’Hôtel de Ville, 9
6690 VIELSALM

Province de Namur

Bibliothèque-ludothèque communale de la Bruyère
Rue du Village, 2
5081 MEUX

Bibliothèque communale de Rochefort
Avenue de Forest, 21
5580 ROCHEFORT

Liste des bibliothèques qui ont rejoint la collecte de 2018

Province de Luxembourg

Bibliothèque publique de Jamoigne
Rue du Faing, 10d
6810 JAMOIGNE

Bibliothèque communale Frédéric Kiesel de Rachecourt
241, Rue de l’Atre
6792 RACHECOURT

Bibliothèque de Paliseul
rue des Prés, 3
6850 PALISEUL

 3. SYNTHESE DES DONNEES COLLECTEES

1. Votre bibliothèque poursuit-elle ses projets d’organisation de grainothèques et/ou de valorisation de la nature ?

Les projets de valorisation de la nature suscitent toujours l’intérêt et surtout l’enthousiasme pour certaines bibliothèques qui font de ce projet une réelle priorité.
A noter que ce type de projet continue d’éclore et nous avons connaissance de deux nouvelles grainothèques ce printemps 2018 :
-  à la bibliothèque de Trois-Ponts ;
-  à la bibliothèque André Henin de Gembloux.

2. Quels sont les projets en lien avec la valorisation de la nature que vous poursuivez ?

Il est à remarquer que la gestion de la grainothèque apparait de plus en plus comme la base du projet autour de laquelle viennent se greffer de très nombreuses animations et sensibilisations à la valorisation de la nature :
-  conférence sur la nature, l’écologie (venue d’un maraîcher, cycle de conférence « Cultivons demain », cycle de l’Université des champs…) ;
-  ciné-débat « Le potager de mon grand-père », « Une douce révolte », « Tout s’accélère » ;
-  heure du conte, kamishibaï ;
-  atelier pratique (récolte de graines, bombe à graines, confection de sachets à graines, compostage…) ;
-  bourse d’échanges de plantes et de semis ;
-  exposition sur le jardinage écologique, exposition « Le fruit et la graine » (toutes deux proposées par la bibliothèque centrale de la Province de Luxembourg.) ;
-  présentation de jeux ;
-  spectacle, concert…

On remarque que la plupart des bibliothèques dont le projet semble bien ancré parviennent à développer un programme très étoffé.

Les jardins partagés demeurent quant à eux un projet plus minoritaire. On en trouve un à la bibliothèque d’Oupeye et la bibliothèque de Florenville en évoque le projet. La bibliothèque d’Ixelles conserve un rucher sur le toit de la bibliothèque.

Le lien entre l’ensemble de ces projets et le développement en parallèle d’un fonds spécifique est par ailleurs à nouveau largement souligné.

Extraits des données collectées :

  • La gestion proprement dite de la grainothèque n’est pas de notre ressort, nous apportons un lieu ouvert à tous et un fonds de livres sur le sujet. Nous constatons la venue d’un nouveau lectorat sensibilisé par ce thème. (Rochefort)
  • Des achats de livres orientés autour de thèmes tels que le développement durable, zéro déchet, permaculture,... sont régulièrement réalisés. (Bertrix)
  • En 2018, nous avons centré nos activités sur "La forêt, dans tous ses états" : 30 activités de février à décembre 2018 […] suite à la parution du livre "Dans le secret des arbres" et du "Grand livre de la forêt" qui ont un grand retentissement dans la presse et dans le public. (Vielsalm)

3. Quels sont les éléments qui ont favorisé la continuité de vos actions ?

Parmi les éléments mis en exergue, on remarque :
-  l’intérêt du public pour les problématiques liées à la nature. A noter que le programme d’animations semble de manière générale un élément davantage mobilisateur que la grainothèque elle-même ;
-  les initiatives locales et la volonté de participer à des actions citoyennes (semaine de l’abeille, festival « A travers champs »…) ;
-  l’intérêt personnel de l’équipe de bibliothécaires comme source de motivation ;
-  les collaborations et personnes ressources : bénévoles, PCDN, le service d’Eco-conseil, « Rochefort en transition », Cercle horticole, Centre culturel, le Parc naturel de Gaume, Les Incroyables comestibles, Intradel, CPAS… ;
-  le soutien de la Bibliothèque centrale de la Province de Luxembourg est toujours pointé comme un élément favorable à l’aspect pérenne du projet (coordination, échange, exposition, bibliographie…).

Extraits des données collectées :

  • La certitude que ces propositions ont du sens, la présence du public lors des activités proposées, l’envie de mise en réseau (entre bibliothèques, mais aussi vis-à-vis des associations du territoire). (Sprimont)
  • Le public semble récemment être de plus en plus sensibilisé à la nature et la biodiversité (Daverdisse)
  • L’intérêt du public, les retours positifs, la motivation interne. (Malmedy)
    La collaboration avec le Centre culturel de Hotton et la volonté des deux équipes à promouvoir toute action en faveur du développement durable et le respect de l’humain. (Hotton)
  • La présence d’une bénévole qui s’occupe de la préparation des sachets de graines et donne un coup de main lors des bourses d’échanges de plantes (travail conséquent) ; groupe des Incroyables Comestibles dans la Commune ; commentaires positifs et succès des activités proposées ; opportunités de propositions d’activités. (Léglise)


4. Vos objectifs ont-ils évolué ?

Parmi les évolutions évoquées, on remarque :
-  une volonté d’élargir son champ d’action à la thématique environnementale et écologique (zéro déchet, OGM, pesticide, biodiversité, permaculture…) ;
-  le souci de toucher un public plus large à côté d’un public averti : jeunesse, public scolaire, familial (Heure du conte, journée intergénérationnelle…).

Extraits des données collectées :

  • Nous étendons notre champ d’action à la thématique environnementale et écologique (zéro déchet, sans pesticide) et visons un large public (jeunesse et adultes). La commune poursuit son cheminement de slow city et est en cours d’élaboration d’un Plan d’action en faveur de l’énergie durable et du climat. L’intérêt est donc multiple : gestion des énergies des bâtiments, gestion des déchets, la mobilité douce, isolation des bâtiments, sensibilisation du personnel communal à l’écologie, .... Nos animations vont donc aller dans ce sens. (Beaufays)
  • Plus d’achats de livres jeunesse sur la problématique de la graine, car les écoles s’impliquent. (Rochefort)
  • Vers plus de participation du public "isolé" (les "membres" de la grainothèque, en tant que personnes ressources). Ce qui n’était pas facilement envisageable en début de projet (2016). (Sprimont)
  • Soutien à Hypothénuse asbl qui collabore avec une école sur le thème des graines avec entre autres objectifs la participation à la grainothèque. Journée "intergénérationnelle" (ateliers parents-enfants) sur le thème de la nature (Grâce-Hollogne)

5. Si vous avez mis de côté ces projets, quels sont les éléments qui ont conduit à cette décision ?

Certaines bibliothèques sont amenées à restreindre leur gestion de la grainothèque ou leurs animations en raison d’éléments moins favorables :
-  le problème de la réciprocité conduit certaines bibliothèques à restreindre le fonctionnement de la grainothèque aux périodes plus propices ;
-  le manque de personnes ressources et le manque de soutien ;
-  le facteur temps inhérent à la vie de la bibliothèque et ses multiples missions ;
-  le manque de budget.

Extraits des données collectées :

  • Vu le peu de succès du don et échange de graines hors actions spéciales, nous envisageons l’usage de la grainothèque de façon saisonnière : printemps et automne. (Trois-Ponts)
  • Il faut encore que nous arrivions à mobiliser un groupe de personnes qui soutiendraient et mettraient sur pieds des actions concrètes plus régulières. Nous devons nous entourer de personnes "ressources". (Hotton)
  • Les projets évoluent peu malgré une volonté toujours bien présente, je manque de temps pour organiser des animations et conscientiser le public au partage. (La Bruyère)
  • Difficulté de trouver des intervenants « locaux ». (Daverdisse)

4. CONCLUSION

De façon générale, la plupart des bibliothèques qui ont surmonté les différents obstacles d’ordre organisationnels ou logistiques, souhaitent poursuivre leurs actions d’informations et de sensibilisation par rapport à une thématique qu’elles considèrent comme importante et très mobilisatrice. Dans ce cadre, on remarque une importante diversification et élargissement des activités ainsi qu’une grande ouverture envers les différents publics. D’une manière générale et pour les bibliothèques qui continuent dans cette voie, on perçoit les assises d’un projet pérenne qui tend à se diversifier et à s’enrichir.

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.