• A toi de créer ton récit numérique !

  • 6 juillet 2016, par Sylvie Hendrickx

    Il y a 0 commentaires.

  • Amener des enfants à se familiariser avec la lecture, l’écriture et la créativité grâce aux multiples ressources du numérique, tablettes et livres-applications : tels sont les objectifs innovants et audacieux poursuivis par l’équipe de la bibliothèque de Saint-Gilles au travers du projet « A toi de créer ton récit numérique ».

A l’heure où les nouvelles technologies intègrent largement nos modes de vie et, à fortiori, ceux des jeunes, l’accompagnement est devenu une mission incontournable. L’enjeu est en effet de permettre à chacun de devenir acteur et plus seulement consommateur !
Les bibliothécaires ont bien entendu un rôle à jouer dans ce travail d’émancipation à la fois technologique et culturelle de leurs usagers. Faisant preuve d’inventivité, certains se lancent dans l’aventure avec pour objectif une approche résolument complémentaire des cultures du livre et du numérique. C’est le cas des bibliothécaires de Saint-Gilles, Jonathan Martins et Saliha Kerkach, un duo un peu à l’image de la synergie positive qui peut s’établir entre ces deux cultures. Le premier, jeune bibliothécaire doté d’une grande curiosité et de compétences pour le numérique, y recourt tout naturellement et partage les fruits de sa veille numérique via une newsletter ou la page Facebook « Veille sur les bibliothèques ». Quant à sa collègue, elle avoue appartenir davantage à la culture du livre mais souhaite rester ouverte aux nouvelles technologies. Enhardis par un partenariat fructueux avec les Voyageurs du code qui animent des ateliers d’initiation à la programmation, ils décident de construire à leur tour un projet où le numérique deviendrait support de création. En août 2015, ils mettent sur pied un stage « A toi de créer ton récit numérique », bientôt rejoint dans ce projet par Alix de Briey, animatrice de la Confédération parascolaire et par l’asbl Contalyre qui leur octroie un prêt de tablettes.

Jeu de piste et réalité augmentée…

Quelle manière plus ludique de familiariser les enfants avec les collections de la bibliothèque qu’un jeu de piste à travers ses rayonnages ? Détectives en herbe, les jeunes arpentent les lieux munis d’un questionnaire à compléter et… d’une tablette. Car les réponses qu’ils cherchent sont invisibles à l’œil nu, dissimulées au sein de quelques livres répartis aux quatre coins de la section jeunesse. Leurs couvertures, une fois scannées par la tablette, révèlent un bien surprenant secret : une réalité augmentée, tantôt textuelle, iconographique ou même audio et vidéo, générée par le bibliothécaire lui-même au moyen du programme Layar. Ainsi, les instruments, les animaux prennent vie et se font entendre. Quelle magie ! « J’ai voulu introduire ce stage en recourant à un aspect trop peu connu ou négligé du numérique et des ressources multimédias, souligne Jonathan Martins, c’est-à-dire leur capacité à mettre en valeur des livres papiers et l’organisation d’une bibliothèque. » Des livres par ailleurs constamment empruntés depuis car, au moyen d’une tablette et du code d’accès de la bibliothèque à Layar, on peut faire surgir leur réalité augmentée n’importe où !

Sur papier ou à l’écran, des lectures en nourriture !

Tout au long du stage, les bibliothécaires veillent, fidèles à leur mission de médiateurs, à exploiter la richesse du numérique tout en accordant toujours une place de choix aux livres papiers. Ainsi, en vue de créer la trame de leur futur récit numérique, Saliha Kerkach réalise avec les participants un cadavre exquis à partir de l’album Une figue de rêve de Chris Van Allsburg. « Nous avons laissé une grande liberté aux enfants dans la rédaction de leurs histoires, souligne la bibliothécaire. La démarche visait surtout à leur montrer, à travers différents albums, comment partir d’une situation de la vie toute quotidienne pour la faire basculer dans l’imaginaire. » Chaque jour, Jonathan Martins fait également découvrir aux jeunes des livres-applications comme Un livre d’Hervé Tullet ou La fantastique histoire des livres volants de Moris Lessmore. « Il existe bien sûr des livres-applications qui ne partent pas du support papier mais je préfère exploiter les ressources de la bibliothèque pour apporter un plus via le numérique. »

Book Creator et récit numérique

Voici le moment de passer à la création du récit numérique ! Muni de l’application Book Creator, les jeunes donnent naissance à un véritable livre sur base d’illustrations et d’enregistrements sonores ou vidéos réalisés au préalable. « Nous avons veillé, souligne Jonathan Martins, à ce que les jeunes travaillent toujours par deux, de manière à éviter le repli sur soi que peuvent engendrer les nouvelles technologies. De même, nous réfléchissions ensemble aux moyens techniques de concrétiser leurs idées. » Et que de ressources à exploiter ! Les enfants retravaillent des images à leur guise, dessinent directement avec leur doigt sur la tablette ou réalisent de petits films. « La tablette permet également de contourner certains blocages et difficultés de l’écrit, souligne Jonathan Martins, puisque les enfants peuvent intégrer le texte de leur histoire sous forme d’enregistrement audio ou même utiliser les fonctions d’écriture par reconnaissance vocale. » Un stage, on l’aura compris, qui privilégie la dimension ludique et une certaine liberté d’action, comme à travers les diverses activités récréatives et jeux de coopération proposés parallèlement par l’animatrice Alix de Briey en vue de déconnecter entre les temps consacrés au numérique.

Un ebook à partager…

A l’issue de cette semaine, les jeunes ont reçu leur récit au format Epub mais aussi vidéo pour ceux qui ne possèdent pas de tablette, et ont partagé, le temps d’une projection et d’un goûter convivial, leur création avec des parents visiblement impressionnés. Pari gagné donc pour ces bibliothécaires qui ont osé mêler culture du livre et culture numérique au sein d’une véritable pédagogie de projet. Une nécessité, selon Serge Tisseron, psychanalyste et spécialiste du lien entre l’enfant et les écrans, pour qui ces deux formes de cultures relèvent aujourd’hui d’une complémentarité indispensable et participent à la construction de chacun tant dans ses rapports au monde qu’au savoir et à l’apprentissage. Peut-on imaginer plus bel endroit que nos bibliothèques pour accompagner les jeunes dans leurs pratiques de ces deux cultures ?

__________

Plus d’informations sur ce projet :
Saliha Kerkach et Jonathan Martins

Bibliothèque communale de Saint-Gilles
Rue de Rome 24-28
1060 Bruxelles
02/543.12.33
bibliotheque.1060@stgilles.irisnet.be
www.bibliosaintgilles.be

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.